Jardin’enVie | Les Résistants
17295
post-template-default,single,single-post,postid-17295,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,paspartu_enabled,paspartu_on_bottom_fixed,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

Jardin’enVie

REDIM

Jardin’enVie

Artisan-semencier et maraîcher, Bourg-Lès-Valence (Drôme)

Les produits

Artisan-semencier: semences paysannes de legumes, fruits, céréales, oléagineux, messicoles et herbes aromatiques  
  • J
  • F
  • M
  • A
  • M
  • J
  • J
  • A
  • S
  • O
  • N
  • M

Maraîchage: Legumes, fruits, céréales, oléagineux, messicoles et herbes aromatiques

  • J
  • F
  • M
  • A
  • M
  • J
  • J
  • A
  • S
  • O
  • N
  • M

Mode de culture / élevage / production

 Agriculture paysanne

 Agriculture biologique (sans cuivre ni souffre)

 Semences paysannes

 Démarche locale

 Démarche social et sociétal forte

Labels

Commercialisation

Vente directe, magasins, quelques restaurants, maraîchers, jardiniers particuliers

Valérie Peyret et Eric Marchand

Installé dans la Drôme à quelques km de Valence sur la commune de Bourg-Lès-Valence, nous rencontrons avec Gaëtan, Valérie et Eric. Une rencontre extrêmement riche, quelques jours avant les terribles intempéries qui ont secoué cette partie de la Drôme.

Jardin’enVie est une démarche éminemment collective mais il convient de rappeler en quelques ligne le parcours de ses deux cofondateurs.

Valérie et Éric ont cofondé Jardin’Envie. Impliqués dans le collectif local d’Attac Drôme-Ardèche en 2001, ils se sont fortement mobilisés contre les OGM notamment en soutenant les « Dix de Valence » qui ont été jugés pour avoir participé à l’une des premières actions de fauchage de maïs OGM en France.

Cette mobilisation conduit Valérie et Éric à considérer que le combat contre les OGM et leurs dérivés sera vain, même s’il est gagné ou permet de gagner du temps, si on ne réagit que contre une technologie (OGM, CMS, hybride F1, …). Les semences industrielles actuelles, présentées comme modernes, sont la conséquence d’une logique économique fondée sur la primauté du droit de propriété.

Créée en association en 2007 puis ouverte au public fin 2009, l’entreprise est devenue une coopérative (SCOP-ARL).

Jardin’envie, c’est donc avant tout un artisan-semencier. Elle est d’ailleurs l’un des 6 derniers artisan-semencier à exclusivement produire et diffuser des variétés paysannes.

Jardin’enVie

“Jardin’enVie développe un nouveau métier « Artisan Semencier ». C’est une étape clef pour une nouvelle approche économique des filières alimentaires, basée sur la « co-évolution du vivant ». Après 15 ans de collecte et restauration de graines et savoir-faire auprès des anciens ; d’essais variétaux de multiples souches de plantes cultivées ; de reproductions sexuées en situation réelle de culture pour accroître leurs biodiversités, Jardin’enVie produit et commercialise une offre riche de semences, plants, et légumes exclusivement issus de variétés populations, aussi appelées Variétés Paysannes.”

Méthodes de culture

Les priorités de Jardin’Envie sont claires:
QualitéS et biodiversitéS
Evolution progressive des pratiques métiers pour rechercher (i) l’équilibre écologique et (ii) l’équité économique et sociale
Des choix technologiques pour garantir à tous autonomie (ni autarcie, ni repli sur soi, ni dépendance), liberté et responsabilité
Restaurer les savoir-faire traditionnels et populaires
Vivre de leur travail, pas de rentes de situations
Le principe fondamental de culture est fondé sur la sélection massale, avec l’objectif d’augmenter la biodiversité génétiques des espèces cultivées, tout en proposant des semences adaptées et capables de produire malgré des événements climatiques, maladies ou prédateurs. Les modes de cultures sont plus stricts que ceux de l’agriculture biologique, puisqu’aucun intrant extérieur à l’exploitation n’est utilisé (pas de souffre ni de cuivre). Les intrants éventuels sont issus des productions de l’exploitation (préparations à base de messicoles, huiles essentielles).
Concernant les variétés, la coopérative travaille uniquement avec des variétés libres de droit de propriété intellectuelle et exclut tout certificat d’obtention végétal (COV) ou brevet qui brident la créativité et l’innovation.

La structure compte aujourd’hui 10 permanents.

Méthodes de culture

Les priorités de Jardin’Envie sont claires:
– QualitéS et biodiversitéS
– Evolution progressive des pratiques métiers pour rechercher (i) l’équilibre écologique et (ii) l’équité économique et sociale
– Des choix technologiques pour garantir à tous autonomie (ni autarcie, ni repli sur soi, ni dépendance), liberté et responsabilité
– Restaurer les savoir-faire traditionnels et populaires
– Vivre de leur travail, pas de rentes de situations
Le principe fondamental de culture est fondé sur la sélection massale, avec l’objectif d’augmenter la biodiversité génétiques des espèces cultivées, tout en proposant des semences adaptées et capables de produire malgré des événements climatiques, maladies ou prédateurs. Les modes de cultures sont plus stricts que ceux de l’agriculture biologique, puisqu’aucun intrant extérieur à l’exploitation n’est utilisé (pas de souffre ni de cuivre). Les intrants éventuels sont issus des productions de l’exploitation (préparations à base de messicoles, huiles essentielles).
Concernant les variétés, la coopérative travaille uniquement avec des variétés libres de droit de propriété intellectuelle et exclut tout certificat d’obtention végétal (COV) ou brevet qui brident la créativité et l’innovation.La structure compte aujourd’hui 10 permanents.

Biodiversité

L’action de la coopérative Jardin’Envie est en tout point exceptionnelle, entre autres, au regard de la biodiversité. Le mieux c’est de citer la coopérative, partculièrement précise et claire sur le sujet > voir ici (http://www.jardinenvie.com/notre-metier/choix-pour-produire-des-semences)

Climat et terroir

La plaine de Valence est une zone de transition, le climat méditerranéen s’affirme avec une sécheresse d’été plus intense. Les influences océaniques et semi-continentales disparaissent. L’ensoleillement y augmente rapidement et cela se traduit par l’apparition d’une végétation méditerranéenne typique. Les températures sont intermédiaires entre celles de Lyon et Montélimar.

L’agriculture du département est caractérisée par ses nombreuses petites exploitations aux cultures très diverses (fruits et légumes, vigne, plantes aromatiques et médicinales, fruits à noyau, élevage…) sauf dans la plaine de Valence et la Valdaine près du Rhône, où sévit une agriculture intensive sur de grosses parcelles, dans des territoires déboisés et dénués de chemins de promenade à la différence de la frange est du département et de la Drôme provençale.

No Comments

Post A Comment

Les Résistants se mettent au brunch !

Découvrez notre nouvelle formule brunch du samedi, réservez votre table sur notre site !