Antoine Raoul, éleveur de cochons Berkshire | Les Résistants
Rencontre avec Antoine Raoul, éleveur de cochons Berkshire dans les Côtes d'Armor
Antoine Raoul
16300
post-template-default,single,single-post,postid-16300,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,no_animation_on_touch,qode-title-hidden,paspartu_enabled,paspartu_on_bottom_fixed,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

Antoine Raoul

Antoine Raoul

Éleveur de cochons Berkshire, Lanvellec (Côtes d’Armor)

Les produits

  Viande de cochon

Un gras magnifique, un goût fin, racé et puissant. On est fan !

  • J
  • F
  • M
  • A
  • M
  • J
  • J
  • A
  • S
  • O
  • N
  • D

  Viande de cochon de lait

Bientôt au restaurant !

  • J
  • F
  • M
  • A
  • M
  • J
  • J
  • A
  • S
  • O
  • N
  • D

  Viande de veau

  • J
  • F
  • M
  • A
  • M
  • J
  • J
  • A
  • S
  • O
  • N
  • D

Mode de culture / élevage / production

Alimentation naturelle (parcours et céréales bio)

Elevage extensif

Plein air intégral

Respect de la croissance naturelle des cochons

Pas de label

Commercialisation

Antoine vend l’intégralité de sa production sur les marchés et à notre restaurant.

Antoine Raoul

Notre rencontre avec Antoine est d’abord effacée par la rencontre de Yannick avec l’une de ses truies. L’amour de cette dernière lui a coûté une partie de son pantalon et de ses bottes. S’ensuit une longue et riche discussion, une belle balade avec les cochons dans les bois et un savoureux café, assis bien au chaud dans sa maison. Antoine est un homme à la fois réservé et terriblement accueillant. Nous l’avons rencontré un matin de janvier 2016 dans sa ferme du Pouloupry. Antoine est profondément amoureux de ses bêtes, et cela se sent immédiattement. La discussion est décousue et les silences aussi riches que les paroles.

Antoine mène le combat pour une agriculture naturelle, biologique depuis près de 25 ans. En bio à partir de 1993, il finit par claquer la porte du label qu’il juge maintenant à la botte des industriels, oubliant l’authenticité du produit.

La ferme du Pouloupry

La ferme est située à Lanvellec dans les Côtes d’Armor. Sur 32 hectares, Antoine élève 1 veyrat, 10 truies et 140 cochons de race Berkshire (dont quelques croisés avec un sanglier et d’autres avec un Duroc). Les portées sont de 8-10 porcelets et le sevrage intervient au bout de 7-8 semaines en moyenne. Antoine élève également une dizaine de vaches Pie Noir (allaitantes), race locale, et une quinzaine de chevaux.

Méthodes d’élevage

Antoine élève ses cochons de manière traditionnelle, naturelle et extensive.

Ses cochons sont abattus en moyenne à 18 mois (pour rappel, un cochon industriel est abattu à 4-5 mois et à partir de 6 mois en bio), et certains sont plus âgés (plus de deux ans pour certains). Antoine respecte le rythme de chacun de ses cochons et ne s’impose aucune règle de durée. Il vise l’excellence, toujours. Le choix de la race Berkshire s’inscrit dans cette démarche.

Les cochons sont élevés en plein air intégral, dans des parcours qu’Antoine crée dans les prairies et forêts autour de la ferme. Ils sont nourris de ce qu’ils trouvent sur ces parcours avec un complément de céréales bio (triticale, pois, son d’avoine).

Ses Berkshire donnent une viande extrêmement goûteuse avec un gras extérieur important (5-6 cm). Antoine travaille également à la finition de ses cochons pour augmenter le gras intra-musculaire de ses bêtes, le persillé de sa viande.

Il amène ses bêtes lui-même à l’abattoir de Quintin le plus tard possible, pour minimiser autant que possible leur stress.

Diversité

Porc Berkshire

Race porcine locale du sud-ouest du Royaume-Uni, le Berkshire est au XVIIIème siècle la première race porcine qui bénéficie du statut de race. Elle fait partie de la liste des races menacées de la «Rare Breeds Survival Trust», l’association britannique de protection des races anciennes. C’est une race de taille moyenne. Elle est noire, sauf sur le bout des pattes, la queue et une tache sur la tête. C’est une race rustique qui aime l’espace, est apte à la production de viande de qualité mais inadaptée à la production industrielle (expliquant sa quasi-disparition). La viande est persillée, tendre et perd peu de poids à la cuisson.

Climat et terroir

La ferme est située à Lanvellec dans les Côtes d’Armor, entre Lannion et Morlaix, très proche du Finistère. Le départment des Côtes d’Armor est un des principaux départements agricoles. Le paysage est vallonné. Comme dans une majeure partie de la Bretagne, l’élevage porcin intensif y est très développé. Le marché au cadran de Plérin (près de Saint-Brieuc) est l’organisme principal de fixation du cours du porc en France. Autant dire que l’environnement a été mis a rude épreuve, la Bretagne étant avec les Pays de Loire une des régions dont les sols sont les plus pollués de France. A l’ouest de Lanvellec existe également une forte activité maraichère, intensive également.

La pêche joue également un rôle majeur avec une façade maritime conséquente et pas moins de 7 ports de commerce et 17 ports de pêche !
Le climat est océanique et la météo particulièrement pluvieuse.

Antoine participe donc à faire revivre une agriculture à taille humaine et respectueuse de l’environnement.

Approche durable

La ferme du Pouloupry est un exemple d’approche durable. Antoine travaille de manière naturelle et manuelle. Il valorise les ressources naturelles de son environnement et distribue localement la quasi-totalité de sa production. Il produit une partie de son fourrage et achète des céréales bio à l’extérieur.

No Comments

Post A Comment

Les Résistants se mettent au brunch !

Découvrez notre nouvelle formule brunch du samedi, réservez votre table sur notre site !